Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Base de données

Voir site
Cote : BA103
Langues : français
Fiche n° : 6622
Article de périodique
Van Aert, Laura
Vendre l'exotique au quotidien. L'implantation urbaine des magasins de produits coloniaux (tabac, thé, café et coton) à Anvers au XVIIIème siècle
2011, pp. 41-66

Périodique : Histoire urbaine, avril, 30

Résumé : Anvers est un cas intéressant pour une étude urbaine des modes d’implantation commerciale au XVIIIe siècle. Si la cité n’est plus la métropole commerciale d’antan, passant de 73 000 à 55 000 habitants entre 1700 et 1788, la ville et son arrière-pays restent des endroits fortement peuplés, urbanisés et commerçants. En nous concentrant sur l’implantation urbaine des vendeurs, nous tâcherons d’élucider les liens entre les nouveaux produits coloniaux (tabac, thé, café, chocolat, coton) et l’évolution du modèle commercial urbain. D’une part, ces produits ne sont pas socialement identiques et, d’autre part, leur statut évolue dans le temps. Le tabac est rapidement devenu un produit prolétarisé, vendu par des marchands spécialisés de plus en plus nombreux et de tous niveaux sociaux, relativement dispersés dans la ville entière. À l’opposé, les cafés et surtout les chocolatiers sont situés dans le centre-ville, dans des quartiers aisés. Les maisons de thé connaissent, comme le tabac, une sensible démocratisation au cours du siècle et visent, dès leur apparition, un accès généralisé. Plus que les autres textiles, le coton s’affiche comme un produit de demi-luxe populaire, à la portée d’une grande partie du marché urbain. (D'après la présentation de l'auteur)

Venir nous voir

Ouvert à tous,
le Centre de Documentation vous accueille :

du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 14h à 17h

sur le Technopôle ALIMENTEC,
rue Henri de Boissieu,
01000 Bourg-en-Bresse.

04 74 45 52 07
communication@ethno-terroirs.cnrs.fr